Faire appel à un serrurier en plein COVID : est-ce une bonne idée ?

La crise sanitaire due au coronavirus fait des ravages en Suisse depuis des mois. Le confinement et les nouvelles mesures de sécurité ont eu un impact non négligeable sur plusieurs professions. Effectivement, certains secteurs d’activités ont réduit, voire arrêté leurs services temporairement.

Qu'en est-il des professionnels en serrurerie ?

Les techniciens de serrurerie ne chôment pas habituellement. Ils interviennent dans différents domaines et peuvent être sollicités à tout moment pour des situations cocasses.

Malheureusement, pandémie ou pas, plusieurs situations désagréables peuvent se produire, nous poussant à faire appel à un serrurier, comme :

  • Une clé cassée dans une serrure ;
  • Un trousseau de clés perdu ou vol ;
  • Une porte claquée avec la clé de l’autre côté ;
  • Une serrure défectueuse ;
  • Une tentative de cambriolage.

Faire appel à un serrurier en plein COVID : comment se protéger ?

Lorsque vous appelez un serrurier, demandez-lui s’il a instauré des mesures de sécurité pour ses employés et ses clients.

À titre d’exemple, depuis le début du Coronavirus, nos Super Serruriers ne se déplacent en binôme qu’en cas d’extrême nécessité. De plus, nous respectons les distances de sécurité et nous mettons des gants, des masques et du gel désinfectant hydroalcoolique à disposition des employés. Cette mesure vise à réduire les risques de contamination.

Les serruriers désinfectent systématiquement tout leur matériel ainsi que toutes les surfaces qu’ils sont susceptibles de toucher lors des interventions.

Faire appel à un serrurier en plein Covid : est-ce une bonne idée ?

Par ailleurs, les véhicules de fonction doivent être nettoyés et désinfectés avant et après chaque service. De plus, le changement de tenue est exigé tous les jours.

Coronavirus & intervention d’un serrurier : nos conseils !

Le coronavirus peut s’incruster et survivre pendant des heures, voire des jours sur différentes surfaces. Nous avons donc des conseils pratiques qui peuvent vous en protéger au quotidien et après l’intervention d’un serrurier.

Parmi les surfaces dont on ne peut pas être sûr qu’elles n’ont pas été contaminées on peut citer :

  • Les poignées de portes ;
  • une barre de maintien dans un transport en commun ;
  • Un chariot ;
  • Un panier de supermarché ;
  • Un pistolet de station service.

C’est pour cette raison que deux jeunes français ont créé “la croche”. Cette alternative permet d’éviter que les mains soient en contact direct avec les objets. En effet, elle facilite 3 actions quotidiennes principales :

  1. L’ouverture des poignées de portes ;
  2. L’appui sur les boutons d'ascenseur ou de distributeur ;
  3. Le soulèvement du couvercle d’une poubelle.

La croche est faite en cuivre, l’une des matières les plus rares qui peuvent être recyclées. Le cuivre possède également des propriétés antibactériennes, capables de neutraliser ou tuer les bactéries.

D’autres solutions préventives ont vu le jour grâce aux surfaces en carton appelées “Safe”. Ces dernières sont réalisées en carton recyclé et recyclable.

Elles se placent dans le creux de la main pour ensuite se fermer sur la poignée d’une porte, d’une barre de chariot ou de transport en commun. Ceci a pour but d’éviter un contact direct avec la surface potentiellement contaminée. Elles sont facilement pliables et peuvent se cacher dans vos poches prêtes à surgir à tout moment face à une menace.

Les frères Jacques, de jeunes canadiens, ont créé un dispositif très ingénieux. Ce dernier permet d’ouvrir des portes grâce aux pieds. En effet, il s’agit d’une pédale qui est reliée à la poignée et qui permet de l’ouvrir en appuyant dessus avec le pied.

Dépannage d’un serrurier en urgence : qui faut-il appeler ?

Si vous avez besoin d’un dépannage d’un serrurier en urgence, vous n’aurez peut-être pas le temps de prendre vos précautions. Dans ce cas, vous risquerez de tomber sur un prestataire qui ne respecte pas les mesures de sécurité. Heureusement pour vous, super-serrurier peut toujours venir à votre rescousse, même en plein milieu d’une pandémie. D’ailleurs, le nombre de nos interventions quotidiennes n’ont pas baissé depuis l’arrivée de la COVID. Nous venons toujours en aide à nos clients, et ce, en dépit du premier semi-confinement en Suisse en mars 2020.